Natacha

Rue Jan Bollen 78, Laeken 1020 Bruxelles, Belgium

Natacha

Rue Jan Bollen 78
1020 Bruxelles (Laeken)

lat : 50.8788585
lng : 4.346745

GO

Date de création

Auteur.trice
François Walthéry

Maison d'édition
Dupuis

Superficie
140 m²

Réalisateur
Art Mural

Natacha est créée en 1970 dans le journal Spirou par le dessinateur liégeois Walthéry et le scénariste Gos. Dès l’année suivante, un premier album est publié.

Natacha est l’une des premières femmes à vivre des aventures jusque-là plutôt réservées aux héros masculins. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la bande dessinée est le reflet d’une société où les femmes sont assignées au foyer et au rôle de mère. Au conservatisme catholique présent dans des revues belges vient s’ajouter la loi française de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse qui permet de censurer des bandes dessinées sous le prétexte qu’elles « démoralisent » les lecteurs. Les personnages féminins sont alors cantonnés à des postes secondaires voire tournés en ridicule (La Castafiore de Tintin, Tante Sidonie de Bob et Bobette…).

Natacha quant à elle est une hôtesse de l’air indépendante et intelligente, sachant garder son sang froid en toute circonstance. Elle est généralement accompagnée de Walter, son assistant râleur et maladroit, ce qui le distingue des héros masculins habituels.

Esthétiquement, Walthéry suit les conseils d’Yvan Delporte, le rédacteur en chef du journal de Spirou, et imagine Natacha en pin-up, s’inspirant de plusieurs chanteuses et actrices de l’époque, ainsi que des codes visuels du magazine Playboy pour la couverture des albums. Deux ans plus tôt, en 1968, le dessinateur Dany esquissait les traits de Colombe Tiredaile pour la série Olivier Rameau. Progressivement, ces deux dessinateurs, Dany et Walthéry, créent un canon de beauté sexualisé censé représenter la libération du corps de la femme en plein contexte soixante huitard. Les deux héroïnes ont de très longues jambes irréalistes et sont souvent représentées partiellement dévêtues face à des personnages masculins entièrement habillés (accentuant leur érotisation). Elles ont une chevelure blonde volumineuse, de grands yeux, une grande bouche et un nez presque absent, accentuant l’aspect juvénile de leurs visages (en savoir plus).

Bien que l’héroïne Yoko Tsuno soit apparue la même année sans présenter cette hyper-sexualisation, Dany et Walthéry seront suivis par de nombreux dessinateurs qui reproduisent leurs codes esthétiques, accentuant une vision stéréotypée de l’héroïne forcément femme-fatale.

Natacha est une femme ayant du caractère et qui ne veut pas être en couple, suivant en cela l’obligation imposée aux hôtesses de l’air dans les années 1970 qui devaient être célibataires pour paraître accessibles et faire croire aux hommes qu’ils « avaient leur chance ». Elles ne devaient pas avoir d’enfants afin d’être totalement disponibles pour les voyages, ce qui était considéré comme incompatible avec une charge familiale nécessairement portée par la mère (en savoir plus). Si les héros masculins étaient souvent représentés sans attache familiale pour leur permettre de partir à tout moment, les personnages féminins étaient généralement présentés dans le cadre familial et ne bénéficiaient pas de cette liberté d’action. Natacha, par son métier d’hôtesse de l’air et les conditions inhérentes à cette profession dans les années 1970[1], est l’une des premières héroïnes à profiter de cette disponibilité pour l’aventure.

Note : Raphaëlle Vander Goten est remerciée pour ses apports à la rédaction de cette notice.

[1] voir à ce sujet “Hôtesse de l’air” (2021) de Vanessa D’Hooghe.