Ric Hochet

Rue de Bon Secours 9, Brussels, Belgium

Ric Hochet

Rue du Bon Secours 9
1000 Bruxelles

lat : 50.8459201
lng : 4.3478608

GO

Date de création

Auteurs
Tibet, André-Paul Duchâteau

Maison d'édition
Le Lombard

Superficie
30 m²

Réalisateur
Art Mural

 

Cette fresque est située dans une rue dont le nom tombe à point : la rue du Bon Secours… Le journaliste et assistant du commissaire Bourdon, Ric Hochet, prend ici tous les risques pour secourir sa compagne Nadine d’une agression imminente. Le commissaire Bourdon, l’oncle de celle-ci, assiste impuissant à la scène.

Créé par le scénariste André-Paul Duchâteau et le dessinateur Tibet, Ric Hochet apparaît sous la forme de courtes énigmes dès 1955 dans le journal Tintin.

Dans cette bande dessinée, les stéréotypes sur les rôles masculins et féminins sont très présents. Contrairement aux autres protagonistes, Nadine n’a pas de nom de famille. Personnage central des histoires de Ric Hochet, elle ne joue pas un rôle influent dans les intrigues. Elle est vulnérable, émotive, douce, attirante et est souvent figurée comme victime collatérale des ennemis de Ric Hochet.

Mais les stéréotypes de genre présents dans Ric Hochet et dans de nombreuses bandes dessinées n’impactent pas seulement la manière dont les femmes sont (sous)représentées. Les personnages masculins sont aussi souvent décrits en usant de stéréotypes, d’attributs et de codes censés représenter la virilité.

Ric Hochet en est l’illustration. Sportif, intelligent et charismatique, il suscite le désir et la jalousie. Il est altruiste et se met en danger pour venir en aide aux personnes en détresse. C’est un justicier qui se réalise dans l’action, un héros rationnel et protecteur, qui résout en général les situations problématiques par sa seule intervention physique. S’éloignant des super-héros faits de muscles uniquement, Ric Hochet montre quelques émotions, même si elles sont parfaitement contrôlées. Son comportement en public est également totalement maîtrisé, faisant de ce personnage quelqu’un de sûr, confiant et raisonnable. Il est également représenté comme un homme qui ne dépend de personne, tant psychologiquement que matériellement. Il n’est pas marié, n’a pas de famille, ne semble pas avoir de véritables amis, il vit seul dans son appartement parisien et achète une nouvelle voiture sportive après chaque course poursuite, indiquant une situation financière confortable. Il est ainsi représenté comme étant totalement indépendant et seul maître de son destin.

Pour réaliser cette fresque, le dessinateur de Ric Hochet, Tibet, a esquissé ce dessin sur une feuille A4. En 2006, il décide de reprendre ce dessin pour l’intégrer dans l’album Le trésor des Marolles, lorsque Ric Hochet passe précisément dans la rue du Bon Secours… C’est un exemple inédit dans le Parcours BD où le projet original de la fresque a été intégré à une bande dessinée par la suite.