Cori le Moussaillon

Rue des Fabriques 21, 1000 Bruxelles, Belgium

Cori le Moussaillon

Rue des Fabriques 21
1000 Bruxelles

lat : 50.848711
lng : 4.3415308

GO

Date de création

Auteur
Bob de Moor

Maison d'édition
Casterman

Superficie
48 m²

Réalisateur
Art Mural

 

Perché en haut du grand mât, Cori est un jeune orphelin qui a été enlevé par des pirates, avant d’être finalement sauvé par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Cette société navale privée opérait pour la République des Sept Provinces-Unies des Pays-Bas (1581-1795), qui correspond plus au moins aux Pays-Bas actuels. La Compagnie contrôlait au XVIIe siècle une partie de la route commerciale vers l’Asie du Sud-Est, d’où provenaient des épices et des métaux précieux. Engagé comme garçon de cabine auprès du commandant, Cori accompagne les expéditions et participe aux batailles contre les pirates ou l’invincible Armada espagnole. Dans un autre album, Cori devient un espion de la reine d’Angleterre et infiltre l’Armada dans le port de Cadix. Le Royaume d’Angleterre soupçonne en effet l’Empire espagnol d’organiser une invasion de l’île britannique…

Le Royaume d’Angleterre, l’Empire espagnol et la République des Sept Provinces-Unies des Pays-Bas étaient en effet de grands rivaux aux XVIe et XVIIe siècles. Ils se disputaient principalement le contrôle de territoires et de routes commerciales depuis l’Amérique ou l’Asie vers l’Europe. A cette époque, la colonisation de l’Asie du Sud-Est, des côtes africaines et de l’Amérique fait rage, au détriment des peuples locaux soumis dans la violence et souvent réduits à l’esclavage.

Les aventures de Cori apparues en 1951 dans le journal Tintin sont ainsi fortement ancrées dans un contexte historique précis. Le moussaillon rencontre des personnages ayant réellement existés, les décors font l’objet d’une grande précision historique où chaque détail a son importance. Pour l’auteur Bob De Moor, ce fut surtout l’occasion de déployer sa passion pour la navigation : les bateaux, le quotidien des marins, les batailles navales…

Avec Cori, les marins sont présentés comme des hommes courageux luttant contre les éléments, contre les pirates et contre les ennemis de leur patrie. Le monde de la navigation est dépeint comme un milieu viril, et d’un entre-soi masculin particulièrement exalté. Car les femmes étaient interdites à bord des navires. Une superstition affirmait qu’elles portaient malheur… Il y eut dans l’histoire quelques exceptions connues de femmes qui ont été capitaines ou qui se sont travesties pour monter à bord, comme les pirates du XVIIIe siècle Anne Cormac/Bonny (irlando-américaine) et Mary Read (anglaise), ou l’exploratrice Jeanne Barret (française). Il faudra attendre les années 1970 pour que des femmes accèdent aux formations maritimes en France par exemple. Aujourd’hui encore, beaucoup d’équipages évitent d’embaucher une femme, prétextant une différence d’efficacité et invoquant des difficultés liées à la promiscuité. Si de nombreuses femmes ont pu accéder aujourd’hui aux métiers maritimes, elles continuent de regretter cette discrimination (en découvrir plus).