Le jeune Albert

Rue des Alexiens 49, 1000 Bruxelles, Belgium

Le jeune Albert

Rue des Alexiens 49
1000 Bruxelles

lat : 50.8428986
lng : 4.3505645

GO

Creation Date

Author
Yves Chaland

Publishing house
Humanoïdes Associés

Area
110 m²

Maker
Art Mural

 

Le jeune Albert est le surnom de Al Memory, représenté sur cette fresque avec un manteau rouge en train de lire. Il vit à Bruxelles dans le quartier des Marolles, dans les années 1950 comme l’indique le décor d’époque de cette fresque : les trams jaunes, les tenues vestimentaires, les voitures… Albert est un anti-héros, il est fourbe, égocentrique, lâche, odieux, méchant, cupide, sadique, insolent, cruel…

Au départ, Albert est le faire-valoir du détective Bob Fish. Celui-ci est également un anti-héros malhonnête et cynique. Rapidement, Albert lui vole la vedette et finit par le remplacer. Il est alors accompagné d’un autre garçon (car il n’y a pratiquement aucun personnage féminin dans cette bande dessinée) qui devient son ami. Il enquête et donne beaucoup de leçons, plus ironiques qu’absurdes. Mais Albert passe surtout son temps à se défouler physiquement et psychologiquement sur tous ceux et toutes celles qu’il croise, à commencer par son ami qui devient son souffre-douleur. Cette bande dessinée parsemée de gags est destinée aux adultes, car l’ironie et l’humour noir y sont constants.

L’auteur français Yves Chaland connaissait bien Bruxelles. Il utilise le jeune Albert pour caricaturer la bande dessinée franco-belge des années 1940-1950, qu’il trouve trop moralisatrice, voire hypocrite lorsqu’elle est destinée aux enfants. Prenant le contre-pied de cette époque, il crée ainsi en 1982 dans le magazine Métal hurlant un jeune héros à l’opposé de toute morale bien-pensante, une sorte de Quick et Flupke revisité avec impudence. Le racisme larvé et le paternalisme latent y sont exagérés pour mieux les dénoncer. L’on retrouvera ainsi, par endroit, les clichés qui frappent et parsèment les représentations de la population asiatique. Albert n’a rien d’insouciant, il est lucide et représente une jeunesse traversée par des préoccupations d’adultes.

C’est de cette manière qu’Yves Chaland rend hommage à plusieurs auteurs célèbres de la bande dessinée belge. Le duo initial de détectives avec Bob Fish et Albert est une référence à son modèle Jijé, mort en 1980, qui a créé Valhardi un héros exemplaire, et Gégène son comparse. Il imite également le style de Jijé dans ses dessins, utilisant ‘la ligne claire’ qui offre un aspect rétro et nostalgique de la bande dessinée des années 1950. Un album a d’ailleurs été publié en dialecte bruxellois en 1986 : Bereke, un ketje des Marolles. Cette fresque est ainsi la première du Parcours BD qui rend hommage à un artiste français, qui célébrait lui-même la bande dessinée belge…